Point de vue anarchiste sur la situation suite aux attentats de paris - novembre 2015

dimanche 15 novembre 2015
par  tugz
popularité : 32%

Le 13 novembre 2015, Paris a été la cible d’attaques terroristes faisant au moins 128 victimes massacrées au nom d’un mensonge nommé dieu. La Fédération anarchiste condamne ces atrocités avec fermeté et exprime toute sa douleur et son soutien aux proches de celles et ceux qui ont ainsi perdu la vie.

La réponse de ceux qui agissent au nom de cette autre fiction qu’est l’État n’a pas tardé. Unité, État d’urgence, surveillance, guerre. La Fédération anarchiste condamne cet appel à l’unité. Il n’y a pas d’unité derrière un État belliqueux, impérialiste et raciste. C’est à travers la vie sociale et en dehors de l’État que s’épanouit le fait d’être libre. Les libertés sont le fait de la société et non pas d’institutions se plaçant au-dessus d’elle. Elles ne sont jamais définitivement acquises. Elles méritent un combat permanent et un perpétuel développement.

Après l’unanimisme et les manifestations massives de janvier 2015, tout le monde est rentré chez soi. La concorde nationale conduit à l’immobilisme. Il ne reste plus que l’État pour gérer la situation avec sa logique autoritaire qui ne garantit rien, pas même, preuve en est, la paix et la sécurité dont il se déclare le gardien.

La liberté implique une forme de respect. Respecter, c’est prendre en compte l’autre en refusant de le dominer. Ni l’État, ni les fanatiques religieux ne respectent les groupes et les individus.
La lutte contre toutes les religions est une composante primordiale de l’anarchisme. Cela signifie que nous avons davantage de respect pour les personnes aliénées à la religion que nous n’en aurons jamais pour les dieux auxquels elles se soumettent et aux noms desquels certaines d’entre elles acceptent que des sacrifices soient commis.
Certain-e-s croyant-e-s expriment de la haine contre les "mécréant-e-s", cette haine motive même parfois des meurtres, des viols et d’autres formes de tortures. Mais nous n’avons pas l’intention de nous abaisser à leur niveau en tombant dans une haine équivalente fondée sur la confusion et des amalgames entre les croyant-e-s non violent-e-s et les prêcheu-se-r-s obscurantistes dont le but est de convertir le monde entier, que ce soit par la manipulation, la force ou la terreur.
Nous combattons le pouvoir de la foi religieuse patriarcale, marchande ou étatique.

En 1933, face à la monté du nazisme, l’anarchiste Rudolf Rocker écrivait que « les deux préceptes exprimant respectivement les autorités céleste et temporelle, "Je suis le Seigneur ton Dieu" et "Obéis à tes supérieurs", naissent de la même source et sont aussi inséparables que des frères siamois ».

La très grande majorité des musulman-e-s aspirent à pratiquer leur religion en paix et ne reconnaissent rien de ces meurtres dont elle-il-s sont aussi victimes. Parmi les ennemi-e-s de l’intégrisme musulman figure les musulman-e-s qui se positionnent en faveur de la laïcité. Les identités sont multiples et mouvantes. Il faut soutenir les personnes, qu’elles soient croyantes, agnostiques, athées ou antithéistes, qui œuvrent à une critique des menaces que fait peser l’intégrisme islamique sur la liberté et la justice.

Une ambiance xénophobe règne dans le pays depuis longtemps. L’antisémitisme et le traitement particulier de l’islam comme s’il s’agissait d’une religion "à part" planent comme un spectre au-dessus de tous les débats. L’extrême-droite occidentaliste qui n’a de cesse de monter en France instrumentalise l’amalgame entre la religion musulmane et les origines culturelles auxquelles elle est associée. Elle charrie aussi avec elle une "tradition" antisémite répugnante qu’elle partage avec l’extrême-droite orientaliste (et qui aboutie parfois à des alliances peu médiatisées mais bien réelles).

Le point commun entre toutes les extrêmes-droites quelques soient leurs inspirations culturelles et/ou religieuses est la défense du patriarcat qui sert à justifier des violences extrêmes commises contre les femmes, les enfants et les homosexuel-le-s : mariages forcés, exécutions punitives, viols en tous genres, crimes d’honneur, grossesses imposées, prostitution, etc...
Et l’État français à beau prétendre le contraire, il participe lui aussi à la reproduction des violences patriarcales, en particulier contre les femmes, les enfants et les homosexuel-le-s demandeuses d’asile et sans-papiers (tests osseux qui servent à criminaliser et abandonner des mineur-e-s isolé-e-s, non reconnaissance des violences sexistes que ces personnes cherchent à fuir en demandant l’asile ici, enfermements et expulsions des femmes devenues sans-papier pour avoir quitté leur conjoint violent, etc...).

L’État par sa politique impérialiste, raciste, sexiste et sécuritaire porte une très lourde responsabilité. Entre 2000 et avril 2014, 127 personnes, la plupart issues de l’immigration, ont été tuées lors d’interventions policières. 17 lois portant sur la lutte contre l’insécurité ont été votées. La police française inflige des traitements humiliants aux personnes étiquetées "musulman-e-s". Elle a tué un manifestant à Sivens dans le Tarn, il y a plus d’un an. L’arsenal policier utilisé s’est considérablement perfectionné.
Les législations d’exception concernant la lutte contre le terrorisme entraînent un arbitraire dangereux justifié par un état de guerre propice à de nombreux amalgames nauséabonds. Car la France intervient en Libye, au Mali, en Irak, en Afghanistan, en Syrie. Il n’est pas étonnant que ces guerres finissent par revenir en boomerang sur le territoire français.

Ni racisme, ni guerre de religions, ni patriarcat, ni État, ni capital. Le temps de l’unité nationale doit cesser. Nous appelons à sortir, à braver l’état d’urgence, à nous organiser, à nous réapproprier la liberté et le respect que les pouvoirs sacrés – étymologiquement la hiérarchie - bafouent chaque jour.

Des camarades de la Federation Anarchiste


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois